Zoom sur l’étiquette énergie présente sur l’électroménager

Aujourd’hui l’ensemble des appareils électroménagers présents sur le marché doit être équipé d’une étiquette énergie. Celle-ci sert à classer les appareils selon leur performance énergétique pour que nous puissions faire le choix le plus économique et responsable. On fait le point sur cette étiquette colorée !

 

 

Informations et description de l’étiquette énergie

L’étiquette énergie est facilement reconnaissable : un nuancier de couleurs associées à des lettres vous permet de visualiser où se situe l’appareil convoité. Plus la flèche va vers le vert et vers le A+++, plus l’électroménager est économe en énergie.
 

Aujourd’hui l’étiquette est obligatoire sur la totalité de l’électroménager. On la retrouve ainsi notamment sur les fours (petits, moyens ou grands, électriques ou au gaz), les lave-linge, les sèche-linge, les lave-vaisselle, les aspirateurs, les machines à café, thé, les bouilloires, les ampoules électriques, les hottes de cuisine ...
 
Elle est également présente sur les appareils hi-fi, informatique, les systèmes de chauffage et de production d’eau chaude ou les climatiseurs. Et depuis quelques années, elle est affichée sur les véhicules et les pneumatiques.
 

Pour tous ces appareils, le même code couleur est utilisé. Seules les informations supplémentaires changent, selon la catégorie du produit. De manière générale, on retrouve quatre informations obligatoires :
- Les références (marque, modèle et fabricant)
- La classe énergétique
- Le volume sonore émis par l’appareil en état de marche (exprimé en décibels)
- La capacité de l’appareil (en litres pour un réfrigérateur, en kilogrammes pour un lave-linge, etc.), son efficacité ou encore sa consommation (en kilowattheure)
 
Certaines informations sont ajoutées en complément. Elles servent à renseigner l’acheteur sur différents aspects du produit. Par exemple, l’étiquette d’un lave-vaisselle peut informer sur la consommation en eau ou encore sur le nombre de couverts qu’il peut recevoir.
 
L’étiquette énergie résume donc tout ce que l’utilisateur a besoin de savoir sur les performances et les capacités de l’appareil.

 

 

Les classes énergétiques

La plupart des étiquettes énergie sont pourvues de sept classes. La meilleure, colorée en vert foncé, est la A+++ ou A++, selon l’appareil.
 
Chaque électroménager ne bénéficie pas du même classement, car les performances énergétiques sont calculées différemment d’une catégorie à l’autre.
 

  • En général un réfrigérateur-congélateur de classe A+++ consomme 70 % de moins qu'un appareil similaire de catégorie A+ !
  • Un lave-vaisselle de catégorie A+++ consomme 40 % de moins qu’un modèle similaire estampillé A+.
  • Pour le lave-linge, un modèle A+++ est 20 % moins énergivore qu’un même appareil noté A+.
  • Et un four électrique de taille moyenne A+++ consommera 72 % moins d'électricité qu'un modèle de même volume noté A+.

 
Aujourd’hui en choisissant un appareil bien classé énergétiquement, vous êtes sûr de faire des économies d’énergie. Plus économe, la classe A +++ est celle à privilégier. Mais l’étiquette énergie est sur le point d’être améliorée pour plus de clarté. 

 

Une nouvelle étiquette énergie en 2021


La performance énergétique des appareils est devenue difficile à évaluer pour le consommateur car les appareils n’ont cessé de gagner en performance : des classes A+, A++ puis A+++ ont dû être ajoutées alors que les classes les plus basses ne correspondent plus à aucun appareil. Difficile d’y voir clair quand les appareils classés A ou A+ deviennent les moins performants du marché. 


Pour repartir sur de nouvelles bases, les étiquettes vont changer le 1er mars 2021. Elles seront plus claires, contiendront plus d’informations et proposeront même un QR code permettant d’accéder à une base de données sur les produits. Il sera ainsi possible de comparer précisément tous les équipements. Des critères sur la réparabilité et le recyclage vont être peu à peu ajoutés dans la notation. 
 

Et les fabricants seront incités à faire toujours mieux grâce aux nouvelles classes A et B, très exigeantes, qui ne correspondent pour le moment à la performance d’aucun appareil sur le marché.