Logement - 04-12-18

EER : Comment lire votre coefficient de performance frigorifique ?

L’EER, pour l’expression Energy Efficiency Ratio en anglais, c’est le coefficient d’efficacité frigorifique. Il sert à représenter les performances et l’efficacité énergétique d’un appareil de climatisation à un instant précis. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce coefficient qui a une importance majeure en matière de climatisation et sert notamment à comparer facilement les différentes installations possibles. À condition de savoir le lire !

 

Où trouver l’EER ?

Depuis longtemps déjà, l’EER est essentiellement affiché sur deux types d’équipements :  

  • les systèmes de climatisation (climatiseur, thermopompe, etc.)
  • les pompes à chaleur

 

Son rôle est de donner, à un instant T, une indication sur les performances et la qualité de l’appareil en question, en comparant la puissance de réfrigération produite et la consommation de l’appareil. En d’autres termes, l’EER, principalement utilisé par les techniciens en réfrigération pour obtenir l’information réelle sur la performance générale d’un climatiseur ou d’une pompe à chaleur, représente la performance énergétique du système de climatisation (ou de la pompe à chaleur fonctionnant en mode rafraîchissement).

 

Sur certains appareils, vous retrouverez l’abréviation TRE, pour Taux de Rendement Énergétique, plutôt qu’EER.

 

Comment est calculé l’EER ?

Pour calculer l’EER, aussi appelé COP froid, il convient de diviser l’énergie utile frigorifique ou la chaleur absorbée par l’énergie consommée par l’appareil étudié. Dans le calcul, on s’appuie également sur une température type, à savoir 35 °C à l’extérieur, une température intérieure de 26° et un niveau d’humidité à 50 %.

 

Pour bien lire l’EER, il faut comprendre que plus le résultat obtenu est élevé, moins l’appareil va consommer d’énergie. En pratique, par exemple, si l’EER est de 4, cela signifie que le climatiseur produit 4 kW pour chaque kW consommé. Il s’agit ici d’un rendement intéressant.

 

Jusqu’en 2013, l’EER permettait de désigner sept classes énergétiques, allant de G à A, A étant le meilleur score. Lorsqu’une pompe à chaleur ou un système de climatisation avait un EER inférieur ou égal à 2,20, il faisait partie de la classe G. Les classes A, B et C, avec des EER supérieurs à 2,80, étaient les classes énergétiques à privilégier.

 

Quels coefficients remplacent l’EER ?

Aujourd’hui, l’EER n’est plus utilisé dans la classification énergétique des appareils. Même s’il est encore très présent dans le langage courant et même dans les fiches produits, l’EER a été remplacé depuis 2013 par le SEER (Seasonal Efficiency Energy Ratio, en anglais), plus pertinent, car plus représentatif des consommations réelles. Ce dernier s’intéresse en effet à l’efficacité frigorifique d’une installation sur l’ensemble de la saison de chauffe, et non en fonction d’un point particulier de température extérieure à un moment précis comme le fait l’EER.

 

En cela, en divisant la somme d’énergie frigorifique produite sur la saison en kWh par la somme d’énergie consommée sur la même période (toujours en kWh), le SEER permet d’obtenir un rendement saisonnier relativement précis. Dans les faits, le SEER classe les climatiseurs par des lettres allant de D à A+++.

 

Dans le même esprit, le SCOP sert à calculer la performance des systèmes de climatisation en tablant cette fois sur un coefficient saisonnier en mode chaud.

 

Choisir la bonne offre d’énergie

Maintenant que vous savez tout de l’EER et du coefficient de performance frigorifique, et que vous comprenez donc mieux comment sont définies les performances de votre climatisation et/ou de votre pompe à chaleur, il est temps de penser à associer performances optimales et économies au quotidien. À ce sujet, sachez que TotalEnergies vous propose trois offres d’électricité adaptées à vos besoins à des tarifs très intéressants.

 

Découvrez les offres d’électricité de TotalEnergies