Classement AEV : comment ça marche ?

Encore relativement peu connu, le classement AEV permet de classer les menuiseries en fonction de critères bien précis concernant leur résistance aux trois éléments que sont l'air, l'eau et le vent. Si vous êtes sur le point de changer vos fenêtres, vous avez particulièrement intérêt à bien comprendre ce que le classement AEV implique pour pouvoir réaliser le meilleur achat possible.
 

Le classement AEV en quelques mots

Le classement AEV est une nouvelle norme européenne qui mise sur le fait que la qualité d'une fenêtre ne se définit pas uniquement par sa performance thermique. Elle passe aussi par sa résistance face à plusieurs éléments qui peuvent l'attaquer et la fragiliser au quotidien. Ces trois éléments sont l'air (A), l'eau (E) et le vent (V) et ce sont eux qui ont directement donné son nom au nouveau classement.

 

Plus précisément, le classement AEV sert à évaluer la perméabilité à l'air (A), l'étanchéité à l'eau (E) et la résistance au vent (V). En d'autres termes, ce classement détermine des minimums pour assurer une isolation aussi optimale que possible dans votre logement grâce à de bonnes fenêtres. Car au-delà de vous apporter de l'éclairage pendant la journée, vos fenêtres doivent aussi contribuer à votre confort thermique, ce qui est uniquement possible si elles participent à la bonne isolation de votre habitation.
 

Comment se fait la notation ?

Dans le classement AEV, les performances sont divisées en trois catégories : A, E et V.

 

La perméabilité à l'air est notée de 1 (faible) à 4 (très bon). Plus le score est bon, plus cela signifie que l'air ne rentre pas dans votre habitation. De son côté, l'étanchéité à l'eau est associée à une note qui varie entre 1 (très faible) et 9 (très bon). Les notes sont différenciées suivant deux options : l'option A est associée à une fenêtre non protégée par un tableau tandis que l'option B implique une fenêtre installée sous une avancée de toit. Enfin, la résistance au vent du classement AEV est notée selon deux critères : d'une part la résistance à la pression, avec une note qui varie entre 1 (résistance faible) et 5 (résistance forte) ; d'autre part, la résistance à la déformation, qui va de la valeur A (déformation plus importante) à la valeur C (déformation plus faible).
 

Un classement AEV qui n'est pas unique

Dans l'Hexagone, le classement AEV n'est pas figé. Il existe en effet des performances AEV minimales exigées en fonction de la situation géographique et de l'emplacement du foyer. En cela, le classement AEV peut être différent en fonction des régions climatiques, de la catégorie de terrain d'environnement ou encore de la hauteur du bâtiment au-dessus du sol.

 

Par exemple, si vous vivez en Bretagne (zone d'habitation 4), en rase campagne et avec une hauteur de fenêtre située entre 28 et 50 mètres, votre niveau AEV minimum sera A*3E*7V*A3. Alors que si vous vivez en région parisienne (zone 2), dans un grand centre urbain et avec une hauteur de fenêtre inférieure à 6 mètres, votre niveau AEV sera A*2E*4V*A2.
 

Faire le point sur l'isolation de son logement

Maintenant que le classement AEV n'a plus de secrets pour vous, il est temps de passer à l'action et de changer vos fenêtres si telle est votre priorité. Mais avant d'acheter de nouvelles menuiseries, pensez à réaliser un bilan énergétique pour faire le point sur la qualité d'isolation de votre logement. Un questionnaire disponible directement sur le site de TotalEnergies vous permettra de mettre en lumière les forces et les faiblesses de votre habitation en matière de performances énergétiques. Vous trouverez également des idées de travaux à réaliser pour améliorer la situation.


Passer au bilan énergétique