Facture d'énergie - 02-01-19

Alléger sa facture d’énergie en limitant les déperditions thermiques

Le chauffage représente une part importante du budget des ménages. Pour ne pas faire de gaspillage, il est important de limiter au maximum les déperditions de chaleur. Que vous vous chauffiez au gaz ou à l’électricité, ces dernières alourdissent considérablement les factures. Lorsqu’une maison est mal isolée, le gaspillage énergétique est important, le confort intérieur est diminué et les factures plus lourdes. Pour limiter ces déperditions de chaleur, plusieurs solutions existent. Voici par quels moyens les éviter dans votre logement.

Déperditions de chaleur : l’importance de l’isolation intérieure

L’isolation des pièces

À l’intérieur du logement, les pièces n’ont pas les mêmes besoins en termes de chauffage et de niveau de température. Par exemple, pour un salon, la température idéale avoisine les 19 °C, tandis que pour une chambre, 16 à 17 °C suffisent. Pour éviter de chauffer inutilement certaines pièces, comme un cellier ou encore la salle de bain, il est important de séparer chaque espace. En concentrant la chaleur où vous en avez besoin, les déperditions de chaleur seront sensiblement diminuées.

Pour cela, il est indispensable d’installer des cloisons intérieures. Entre la cuisine et le cellier, le cellier et le garage ou encore les chambres et la salle de bain, la température souhaitée n’est pas la même, l’isolation entre chaque pièce est donc primordiale. Les cloisons intérieures ont également un intérêt acoustique et diminuent le bruit venant de l’extérieur, mais aussi des autres pièces.
 

Le cas des sous-sols

Les logements équipés de sous-sols, de combles perdus ou encore ceux bâtis sur vide sanitaire sont aussi concernés par les déperditions de chaleur. Ceci en particulier lorsque l’isolation est absente ou trop ancienne. Dans le cas d’un sous-sol ou d’une cave, il est important d’isoler à la fois le plafond du sous-sol, mais aussi le sol du rez-de-chaussée. Ainsi, les déperditions de chaleur seront nettement diminuées et le logement sera mieux chauffé.

L’isolation extérieure, la clé contre les déperditions de chaleur

Les pertes de chaleur par le toit et les murs

Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), le toit et les murs représentent une part importante des déperditions de chaleur. Ainsi, il est estimé que le toit concentre à lui seul 30 % des déperditions de chaleur, tandis que les murs représentent 20 % de pertes supplémentaires. Lors de la construction d’un logement, l’isolation est effectuée selon les normes en vigueur et les matériaux les mieux adaptés. Avec le temps, ces derniers vieillissent et se montrent de moins en moins efficaces. La chaleur commence à se perdre, et la facture d’électricité moyenne augmente.

L’isolation, un élément clé

Au niveau du toit, les déperditions thermiques sont essentiellement dues à une mauvaise isolation. L’air chaud, plus léger que l’air froid, se propage naturellement vers le haut. Lorsque l’isolation du toit n’est plus assez efficace, la chaleur se loge sous la toiture, puis s’échappe à l’extérieur. Sa rénovation est donc le premier projet à réaliser lorsque les déperditions de chaleur sont trop importantes.
 

Le cas des fenêtres

En limitant la déperdition de chaleur par les fenêtres, il est également possible de réaliser des économies d’énergie et de chauffage. En effet, le cadre des menuiseries ainsi que le vitrage des fenêtres trop anciennes laissent passer le froid, même lorsque celles-ci sont fermées. Pour empêcher les déperditions de chaleur, qui peuvent concerner jusqu’à 15 % du total, la solution idéale est de les remplacer avec des modèles neufs. En attendant de faire ces travaux, il est possible de remplacer le vitrage des fenêtres, de changer les joints ou d’installer des bandes d’isolation.
 

Zoom sur les ponts thermiques

Diminuer les ponts thermiques est également un point important pour minimiser les déperditions de chaleur, qui peuvent représenter de 5 à 10 % des pertes. Ces derniers sont situés entre les murs et le cadre des fenêtres ou encore entre le sol et les murs ou le toit et les murs. Ils laissent entrer le froid et l’humidité de l’extérieur et sont généralement la cause de moisissures. Pour empêcher ces désagréments, il est important que l’isolation soit efficace et que l’étanchéité entre les éléments soit optimale.
 

Isoler les murs extérieurs, une autre solution

Enfin, l’isolation des murs extérieurs est un moyen efficace pour diminuer les déperditions de chaleur des façades. Cette technique permet de protéger les murs des variations de température et ainsi de conserver la chaleur à l’intérieur de la maison. Recommandée lorsque les façades ont besoin d’être ravalées, l’isolation par les murs entraîne plusieurs modifications au niveau des ouvertures (portes et fenêtres). C’est pour cela que ces travaux devront être réalisés de manière étudiée, afin d’éviter la création de ponts thermiques.
 

Les aides pour en finir avec les déperditions de chaleur

Le crédit d’impôt à la transition énergétique

Grâce au CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique), vous pouvez déduire vos dépenses lorsque vous entreprenez des travaux de rénovation pour avoir un logement mieux isolé. Ce crédit d’impôt s’applique entre autres pour l’isolation de la toiture, des murs, des parois vitrées, des planchers bas et en général, de tout ce qui conduit à des déperditions de chaleur.
 

Notez qu’à partir de 2019, le CITE prendra la forme d’une prime versée au moment des travaux.
 

L’éco-prêt à taux zéro

Pour tous vos travaux d’amélioration des performances énergétiques de votre logement, vous pouvez souscrire un Éco-prêt à taux zéro (EPTZ). Ce prêt est accessible aux propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux d’isolation. Remplacement des portes et des fenêtres, toiture, murs extérieurs… chaque point concerné par les déperditions thermiques est éligible à ce financement.

 

Le bilan énergétique, pour estimer les déperditions de chaleur

En réalisant un bilan énergétique, il est simple et rapide de faire le point sur les déperditions de chaleur d’une habitation. Le résultat montrera avec précision les endroits où le gaspillage est le plus important et comment y remédier. Les conseils des professionnels vous aideront à limiter ces pertes de chaleur grâce à des travaux d’isolation, le changement des fenêtres ou encore de la chaudière, si vous chauffez au gaz.
 

L’audit énergétique permet quant à lui de connaître la consommation globale de votre logement. Lorsque vous achetez ou louez un logement, le DPE (diagnostic de performance énergétique) est obligatoire. Pour autant, vous pouvez aussi demander ce diagnostic à n’importe quel moment, afin de mieux comprendre votre facture d’énergie.

 

Pour une maison confortable et une facture de chauffage moins lourde, il est important de limiter toutes les déperditions de chaleur. Effectuez au plus vite un diagnostic énergétique pour connaître les astuces pour faire des économies.

 

Réaliser un bilan énergétique