Comprendre les différences entre kW, kWh et kVA

kW, kWh et kVa : tous ces termes sont fréquemment utilisés lorsqu’on parle d’électricité. Vous pouvez les retrouver sur votre facture, sur votre compteur ou sur les notices de vos appareils électriques. Mais toutes ces notions ne recouvrent pas la même réalité. 

 

Qu’est qu’un kW ?

Le kW, acronyme de kilowatt, est une unité de puissance.

Le kilowatt représente la puissance active, ou réelle, qui est requise par un appareil électrique à un instant donné. En courant alternatif, la puissance d’un récepteur électrique est définie par la formule suivante : P =  U * I * l

Dans cette formule, U est la tension, I l’intensité et l, le facteur de puissance compris en 0 et 1. 1 kW est égal à 1000 Watts. 

 

Les kWh et la facture d’électricité

Sur votre facture, le nombre de kWh représente la quantité d’énergie consommée par vos appareils électriques sur une période donnée. Par exemple, un réfrigérateur consomme entre 125 et 500 kWh sur une année. Il faut compter 50 kWh/an pour un téléviseur LED, ou 40 kWh/an pour une cafetière. Notez que même les appareils en veille consomment de l’électricité.

La puissance active de l’appareil multipliée par le temps d’utilisation donne la consommation exprimée en kWh.

 

Qu’est qu’un kVA ?

Le kVA, ou kilovoltampère, est une unité de mesure qui sert à exprimer la puissance électrique apparente, utilisée dans les installations de type monophasé ou triphasé. Le voltampère est le produit de la tension et du courant : 1 Voltampère est égal à 1 Volt (tension) multiplié par 1 Ampère (courant). 1 VA = 1 V x 1 A
 

Le kVA est l’unité utilisée pour mesurer la puissance souscrite d’un site, qui représente ce que peut délivrer le compteur électrique. Lors de la mise en service d’un compteur électrique, le technicien déployé par le fournisseur d’électricité, comme TotalEnergies, calibre la puissance apparente en fonction des besoins du logement. Selon la taille de la bâtisse, la puissance souscrite pour les sites résidentiels peut être de 3, 6, 9, 12, 24 ou 36 kVA.

 

Ouverture de compteur : bien choisir sa puissance souscrite

Il est primordial de bien choisir sa puissance souscrite. Si celle-ci est trop élevée par rapport à ses besoins de puissance réels, alors le consommateur résidentiel paiera un abonnement inutilement élevé. A l’inverse, si la puissance souscrite est inférieure à la puissance active de tous les appareils électriques, alors le compteur peut être amené à disjoncter.

Vous pouvez modifier la puissance souscrite de votre contrat en téléphonant au service clientèle de votre fournisseur d’énergie.
 

Le saviez-vous ? 70% du parc des compteurs français est en 6kVa.

 

En souscrivant chez TotalEnergies, vous êtes sûr de payer le prix du kWh moins cher et donc de réaliser des économies sur votre facture. 

 

Voir nos offres d’électricité