Logement - 29-08-18

Tout savoir sur l’interrupteur différentiel

Un interrupteur différentiel permet de protéger l’ensemble d’une installation électrique en cas de détection d’une baisse de tension entre deux câbles. Ce composant relativement récent a permis de diminuer fortement le risque d’incident d’origine électrique. Voici le mode de fonctionnement d’un interrupteur différentiel.

 

 

Quel est le rôle d’un interrupteur différentiel ?

Le rôle d’un interrupteur différentiel est de permettre de détecter des variations de courant entre la phase et le neutre et de couper le circuit électrique en cas de différence supérieure à un seuil déterminé (30 mA par exemple).
 

Grâce à son contrôle permanent de l’intensité entre la phase et le neutre, l’interrupteur différentiel assure la protection des personnes au sein d’une habitation ou d’un bâtiment tertiaire, en coupant l’appareil défectueux immédiatement.
 

Rendu obligatoire par la norme NFC 15-100 qui définit le nombre d’interrupteurs en fonction de la taille du logement, l’interrupteur différentiel peut être de plusieurs types en fonction des équipements de la ligne protégée : type AC pour des équipements standards, A pour des circuits à plus haute intensité comme des lave-linges, des cuisinières ou des plaques de cuisson et B pour du courant continu comme des bornes de recharge DC par exemple.

 

 

Quels sont les différents types d’interrupteurs différentiels ?

Un interrupteur différentiel s’appuie sur deux caractéristiques essentielles : le seuil de déclenchement du différentiel, qui peut être de 15 , 30 ou 45 milliampères, et le calibre d’ampérage, qui indique l’intensité maximale que peut supporter l’interrupteur (par exemple 25 A ou 40 A).
 

Pour un interrupteur classique de 30 mA et de capacité d’ampérage de 40A, il faudra compter entre 40 et 50 euros. Sur un tableau électrique, il y aura généralement plusieurs interrupteurs différentiels, qui serviront à la protection de plusieurs lignes du tableau électrique. Pour les maisons par exemple, il n’est pas rare de constater un tableau qui contient les disjoncteurs divisionnaires du rez-de-chaussée sur une première ligne et ceux de l’étage sur une seconde ligne.

 

 

Quelle est la différence entre un interrupteur et un disjoncteur différentiel ?

En sachant qu’il existe également des disjoncteurs différentiels sur le marché, quelle peut bien être la différence entre les deux composants ?
 

Un disjoncteur différentiel assurera la protection des biens en plus de celui des personnes. Ainsi, il fera sauter l’appareil responsable de la surintensité pour le préserver. Pour effectuer la même chose, un interrupteur différentiel devra obligatoirement être combiné à un disjoncteur divisionnaire. Ce package nécessitera 3 modules sur le tableau électrique, alors qu’un disjoncteur différentiel n’en nécessite que 2.
 

Un disjoncteur différentiel sera en revanche plus onéreux qu’un interrupteur différentiel. Néanmoins, en fonction des installations, le surcoût engendré par ce composant peut être estimé comme cohérent au regard du coût d’un interrupteur associé à des disjoncteurs divisionnaires.

 

 

Comment choisir le bon fournisseur d’électricité ?

Pouvoir bénéficier d’une excellente protection électrique est indispensable. Faire appel à un professionnel certifié, qui respectera les normes NFC 15-100, vous permettra de vous sentir en sécurité au sein de votre habitation.
 

Chez TotalEnergies, nous avons développé une offre de dépannage qui vous permettra de bénéficier d’une intervention de la part d’un professionnel en moins de 3 heures en cas de problème électrique.

 

Découvrir notre offre de dépannage