Quels sont les différents types de chaudières sur le marché ?

Vous voulez changer de chaudière mais vous ne connaissez pas les différents types de chaudières disponibles sur le marché ? TotalEnergies vous présente les principales chaudières existantes avec leurs avantages et leurs inconvénients.

La chaudière est l’appareil qui assure chauffage et/ou eau chaude dans les habitats. Elle fonctionne en transférant de la chaleur à un fluide caloporteur (qui permet de transporter la chaleur) qui est souvent l’eau. La chaleur peut provenir notamment de la combustion : bois, fioul, charbon… ou d’une résistance : chaudière électrique.

Elles peuvent être au murales ou au sol (plus encombrantes mais plus puissantes et solides que les chaudières murales).

Les différents types de chaudières selon la source d’énergie

Les chaudières électriques

Elles sont peu chères à l’achat et à l’installation puisqu'elles ne requièrent aucun tuyau. Cependant la consommation de ce type de chaudière revient assez cher. Elles sont conseillées dans un cadre provisoire en attendant par exemple, d’investir dans une chaudière au fioul ou d’être raccordé au gaz de ville.

 

 

Les chaudières au fioul

Les installations des chaudières au fioul restent bon marché et efficaces pour chauffer de grands espaces. Cependant, ce type de chaudière a un principal inconvénient : elle dispose d'une cuve, généralement de 1000L ou 1500L qu'il faut recharger une à 2 fois par an. D’autre part, la facture est indexée sur les prix du pétrole, c’est donc une énergie coûteuse.

 

A noter que le gouvernement a annoncé l'interdiction des chaudières au fioul neuves, à partir du 1er juillet 2022.
Dans le cadre de la transition énergétique, le chauffage au fioul présente plusieurs inconvénients, il émet notamment beaucoup de CO2.
Face à cette « urgence écologique », le gouvernement francais souhaite une transition douce. L’obligation de remplacement des chaudières au fioul concerne uniquement les chaudières cassées et irremplaçables. Vous pouvez utiliser votre équipement tant qu’il est réparable. Par contre, en cas d’obsolescence, la chaudière au fioul devra être remplacée par une chaudière de type fioul (classe A) fonctionnant exclusivement au biofioul (F30).

 

 

Les chaudières au gaz

Dans le cas du raccordement au gaz de ville, il n'y a pas besoin de stockage. De plus, ce type de chaudière est compatible biogaz, une ressource renouvelable issue de la fermentation de matières organiques. Cependant, si ce type de chaudière n’est pas relié au gaz de ville, il faudra une bombonne de propane à recharger 1 à 2 fois par an. Attention : le gaz de ville est moins cher que le fioul, ce qui n’est pas le cas du propane ! Malgré le coût faible du gaz de ville, l’installation reste un peu plus élevée qu’un autre type de chaudière. Mais le prix d’une chaudière à gaz est vite amorti grâce aux factures d’énergie qui seront réduites par la suite.
 

Les chaudières au fioul ou au gaz consomment beaucoup moins qu’il y a 20 ans et sont moins polluantes. Par exemple les émissions d’oxyde d’azote ont diminué de 80% pour les chaudières au fioul, et de 65% pour les chaudières au gaz.

 

 

Les chaudières au bois

Le bois est l’énergie la moins chère. Ainsi, une tonne de bois correspond à 460 litres de fioul.
Les chaudières à bois sont plus chères mais bénéficient d’un crédit d’impôt, et sont considérées comme une source d’énergie propre. En effet, les ressources de bois en France suffisent à suivre l’augmentation de leur consommation. Cependant le bois importé ne doit pas venir de forêts éloignées, afin de ne pas aggraver l'empreinte carbone. Il faut également prévoir un silo de stockage et un approvisionnement régulier. La plupart des chaudières ont un rendement faible sauf si l’on opte pour un « turbo » ou que l’on utilise des modèles fonctionnant aux granulés ou aux plaquettes de bois.

Il est possible d’améliorer la performance de ces sources d’énergie, en optant pour un type de chaudière de dernière génération, à condensation ou à ventouse.

Les différents types de chaudières performantes

Les chaudières basse température

D’un rendement supérieur à 90%, les chaudières basse température fonctionnent avec une température de l’eau plus faible (50°C contre 90°C habituellement). Ainsi elles ont besoin de moins de combustibles pour chauffer l’eau. Cela se traduit des économies d’énergie de 12 à 15% par rapport à une installation standard. Elles sont adaptées pour des planchers chauffants ou des radiateurs à chaleur douce.

 

 

Les chaudières à condensation

Elles se sont imposées en Europe pour leurs performances (elles consomment de 15 à 20% de moins qu’un modèle standard et on un rendement supérieur à 100%). En effet, elles récupèrent la chaleur latente des fumées issues des produits de combustion. Dans une chaudière de type classique ou standard les températures des fumées approchent des 250°C pour le fioul et 160°C pour le gaz. C’est autant d’énergie perdue. Dans une chaudière à condensation cette chaleur est utilisée pour chauffer l’eau du circuit. (source : Veolia Habitat Service)

Elles sont les plus efficaces et procurent un plus grand confort quand on les installe avec un plancher chauffant basse température et / ou des radiateurs « chaleur douce ». Tous les types de chaudières existent en version condensation. Celle-ci bénéficie en outre d’un crédit d’impôt pour une chaudière à gaz.

 

 

Les chaudières à ventouse

Ce type de chaudière ne nécessite pas de cheminée (pas de ramonage), ni d’un espace ventilé (elles peuvent donc être installées dans un local fermé). La chaudière à ventouse assure une meilleure sécurité et réduisent d’environ 5% la consommation d’énergie. Ce système existe pour tous les types de chaudières.


L'entretien : une obligation souvent méconnue ! L’entretien d’une chaudière est obligatoire est doit être assurée chaque année par un professionnel. Il permet de déterminer le rendement et les performances de l’appareil ainsi que sa sécurité : le monoxyde de carbone, gaz mortel, se dégage de ces équipements mal entretenus. Entretenue tous les ans, ma chaudière fonctionnera 2 à 3 fois plus longtemps et ce sera 8 à 12% de combustible consommé en moins. Sans cette révision, vous ne serez pas couvert par votre assurance en cas d’accident !

 

Voir notre offre pour l'entretien de votre chaudière